Comme un pavé dans la mare …

Amandine Lecomte

Chers amis employeurs,

C’est-à-vous que je choisis de m’adresser directement car je souhaite apporter des précisions après mon dernier article de blog (https://www.e2asl.fr/2020/03/17/discussion-libre-le-choix-cornelien-de-lemployeur-en-activite-autorisee/)

Je m’adresse directement à vous en tant que chef d’entreprise et citoyen responsable. Vous avez entendu le message de nos gouvernants, à grands renforts de média … RESTEZ CHEZ VOUS.

Pour sauver des vies et aider nos personnels médicaux en souffrance : RESTEZ CHEZ VOUS.

Alors en votre âme et conscience, dicté par votre devoir citoyen et l’inquiétude grandissante de vos salariés, vous avez pris une décision difficile mais courageuse : FERMER TEMPORAIREMENT VOTRE ENTREPRISE.

Vous avez pris cette décision car vous avez entendu que l’Etat ne vous laisserait pas tomber et qu’il serait là pour faire face à vos difficultés.

Mes chers employeurs, à mon tour, je vous demande un acte héroïque : COMBATTRE LA PSYCHOSE AMBIANTE et analyser les textes ou demander à vos conseils de le faire pour vous.

Oui nous devons tous lutter contre ce fléau qui gangrène notre pays. Mais nous devons lutter en citoyen responsable.

N’attendez pas que l’Etat vous prenne par la main et vous explique un peu plus le chemin. Le chemin est déjà tracé, il suffit de valablement le décrypter.

Être un employeur responsable, être un citoyen responsable, c’est travailler quand c’est autorisé, travailler quand rien ne s’y oppose en respectant les gestes barrières et les règles sanitaires scrupuleusement pour éviter la propagation du virus.

Être un employeur responsable, être un citoyen responsable, c’est mettre sa pierre à l’édifice et permettre à nos concitoyens et à nos soignants de passer ce moment avec le plus de sérénité possible. C’est donc ouvrir son entreprise lorsque cela est possible, en toute conscience et, encore une fois, dans le respect des gestes sanitaires.

En effet si chaque entreprise s’arrête par solidarité, pour aider les soignants, pour des raisons qui sont nobles et partent d’un bon sentiment cela va entraîner un remède peut être pire que le mal.

Faute d’approvisionnement ou de production, ce sont des chaînes entières qui peuvent être paralysées. Nos personnes âgées sont fragiles, elles ne peuvent pas se déplacer, comment faire si les activités de livraison s’arrêtent (pour éviter la propagation du virus) ? Si les magasins de bricolage ferment tous, comment et qui va venir réparer votre chaudière qui ne cesse de couler et qui ne chauffe plus ?

Si vous pouvez maintenir votre activité (parce que ce n’est pas interdit et que vous avez suffisamment de travail), vous devez maintenir votre activité.

Si l’Etat a jugé que votre activité ne devait pas être frappée par un arrêté de fermeture c’est qu’il a jugé que votre activité était essentielle à la Nation, à sa continuité.

Alors comportez-vous courageusement. Ne faites pas peser sur l’Etat des demandes d’indemnisation inutiles, dans un contexte économique qui va être fortement touché.

Si je vous dis ça amis employeurs, c’est également pour vous protéger.

Je ne suis pas une soignante, mon rôle n’est pas de sauver votre vie mais de sauver la vie de votre entreprise. Je vous accompagne dans votre stratégie RH pour vous aider à prendre les meilleures décisions pour votre entreprise. Et là, je vous le dis, fermer alors que vous pouvez ouvrir est une mauvaise décision !

Vous avez entendu que l’Etat prendrait à sa charge les allocations d’activité partielle de vos salariés dans la limite de 4.5 SMIC, vous savez donc que même s’il va falloir faire l’avance de trésorerie, pour une grande majorité d’entre vous les salaires versés à vos salariés vous seront remboursés par l’Etat.

Ce que vous savez moins, c’est que même si le recours à l’activité partielle est facilité compte tenu du contexte, il n’en reste pas moins qu’il repose sur un cadre juridique solide dicté par l’article R.5122-1 du Code du travail. L’activité partielle peut être mobilisée lorsque la réduction ou la suspension de l’activité de l’entreprise est due à :

  • la conjoncture économique ;
  • des difficultés d’approvisionnement en matières premières ou en énergie ;
  • un sinistre ou des intempéries de caractère exceptionnel ;
  • la transformation, la restructuration ou la modernisation de l’entreprise ;
  • ou toute autre circonstance de caractère exceptionnel.

Le projet de décret attendu ces prochains jours ne modifie pas ce point.

Les entreprises qui ont des difficultés d’approvisionnement peuvent naturellement recourir à l’activité partielle. Elles peuvent justifier facilement de leurs difficultés d’approvisionnement.

Pour la partie « autres circonstances de caractère exceptionnel », la tâche est plus compliquée. Si vous faites partie des activités qui doivent s’arrêter comme les restaurants, pas de problème : votre circonstance de caractère exceptionnel est simple, vous avez un arrêté qui vous donne l’interdiction d’ouvrir votre entreprise.

A l’inverse, si vous êtes un magasin de bricolage, l’arrêté ne vous interdit pas d’ouvrir. Si votre clientèle est majoritairement composée d’artisans pouvant également travailler car non visés par un arrêté de fermeture, vous pouvez alors maintenir votre activité (même partiellement).

Le choix de fermer par précaution, ne repose donc pas sur l’analyse chiffrée et vérifiable de la baisse de votre activité mais sur votre analyse de votre devoir civique.

Sauf que, dans ce cas de figure très précis (fermeture par choix et non par nécessité économique), vous n’êtes pas éligible aux allocations d’activité partielle. Concrètement, vous aurez placé vos salariés en activité partielle de façon préventive (comme la loi vous y autorise dans ce contexte) sans pour autant y avoir droit. Vous aurez donc un refus du Préfet sur cette mise en activité partielle et aucune indemnisation en découlant.

Vous avez 30 jours pour faire votre demande d’activité partielle et les services spécifiques sont saturés.

Malheureusement, si les entreprises visées expressément par les arrêtés de fermeture peuvent se permettre d’attendre pour faire leurs demandes, il n’en est pas de même pour vous. En fonction des circonstances de chaque espèce, le Préfet peut refuser l’activité partielle.

Et si vos salariés sont chez eux à votre demande et que vous n’avez pas le droit à l’activité partielle, vous devrez les rémunérer à 100% de leur salaire sans prise en charge pas l’Etat. La note risque d’être salée pour votre activité (pas de rentrée d’argent car vous avez fermé mais 100% des salaires à sortir car vos salariés sont en dispense à votre initiative … la fin du mois risque d’être plus compliquée que le début).

Amis employeurs face à tant d’incertitudes, essayer de garder la tête froide et d’analyser les conséquences réelles pour votre activité.

Amis employeurs de la restauration à emporter, nous avons besoin de nos routiers pour continuer à acheminer les marchandises nécessaires à notre vie courante, comment nos routiers peuvent-ils se nourrir si vous prenez la décision de fermer vos drives ? Ils n’ont plus accès aux restaurants …

Amis employeurs soyez courageux :

  • Ouvrez quand votre activité le permet
  • Respectez et faites respecter les gestes barrières
  • N’aggravez pas la dette de l’Etat qui va s’élever à des dizaines de milliards et qui aura un impact dans l’ensemble de nos vies
  • Faites preuve de pédagogie auprès de vos salariés
  • Ayez bien en votre possession l’autorisation de déplacement et faites parfois preuve de patience et de pédagogie auprès des forces de l’ordre qui vous arrêteront

Vous aussi, amis employeurs qui pouvez travailler, vous pouvez contribuer à faire en sorte de diminuer les effets de cette crise majeure mais pas en écoutant à la lettre le : RESTEZ CHEZ VOUS. Non, en respectant l’esprit de cette demande à savoir respecter les règles d’hygiène et de distanciation, en continuant votre activité dans le respect des règles sanitaires.

C’est ça le vrai courage : continuer à travailler sans contribuer à la propagation du virus !

Merci à vous tous

2 thoughts on “Comme un pavé dans la mare …

  1. Canlers florence

    ton discours est très clair, merci Amandine pour le travail que tu fournis

  2. Pas simple de faire comprendre à certains employeurs qu’ils peuvent continuer à travailler en cette période difficile. Ton article résume bien la situation de chaque employeur. J’espère que beaucoup en prendront conscience avant d’être déçu du retour de la direccte .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous à la newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles

Votre inscription a bien été prise en compte